Retour à la liste des émissions
 
par Souleymane Coulibaly dit Solo Soro et Guillaume Thibault
Écouter l'émission du mercredi 2 juillet 2008






 
Enregistrer l'émission

(Faire un "clique-droit" puis "enregistrer sous")
 
 

Le voyage sans visa
Aujourd’hui, nous sommes un brin désabusé…

En cause, un énième problème de papiers !

Avec Vincent Kennis (musicien et producteur), Philippe Conrath (directeur artistique du festival Africolor), Mawndoue et Smarty (du groupe Yeleen) nous tenterons de passer les portes des ambassades et autres consulats.

Circulons !

L'Afrique enchantée, en partenariat avec Africultures
Le site et la revue de référence des cultures africaines
Retrouvez les chroniques musicales de Soro Solo sur le site d'Africultures
 
Programmation musicale

Maître Gazonga : Les jaloux saboteurs
album : Golden Afrique, volume 1
(Network)

Konono n°1 : Masiliku
album : Congotronics
(Crammed Discs . 2004)
En savoir plus


Rokia Traore : Tounka
album : Tchamantché
(Universal . 2008)
En savoir plus


Richard Bona : Kalanbakoro
album : Munia The Tale
(Universal . 2003)
En savoir plus

Mamani Keïta : Djekafo
album : Yelema
(No Format . 2006)
En savoir plus

Tiken Jah Fakoly : Ouvrez les frontières
album : L'africain
(Universal . 2008)
En savoir plus
  Livres


Frédérique Briard
Tiken Jah Fakoly : L'Afrique ne pleure plus, elle parle
" Voici sans aucun doute le livre le plus "beau" jamais consacré à un musicien d'Afrique subsaharienne. Sous reliure cartonnée, couleur sépia, magnifiquement illustré et maquetté (Mathilde Damour & Thomas Delepière méritent d'être félicités) c'est avant tout un objet d'art, parfaitement digne de son sujet…

Or le vrai sujet, ce n'est pas Tiken Jah, mais l'Afrique tout entière.

Car il ne s'agit pas d'une banale biographie, encore moins d'un ouvrage critique ni d'une simple hagiographie ; plutôt d'une célébration : celle de l'Afrique d'hier et d'aujourd'hui telle que la chante et la vit le reggaeman d'Odienné (nord de la Côte d'Ivoire)..."

Lire la critique de Gérald Arnaud sur le site de notre partenaire d'Africultures.

éditeur : Editions Les Arènes
parution : 2008

  Disques


Konono n°1
Live at Couleur Café
label : Crammed
parution : 2007

  Liens

Les musiciens africains face au mur européen
" Les mesures restreignant l’immigration touchent de plein fouet les artistes d’Afrique, alors que les musiques du monde n’ont jamais été aussi populaires et influentes en Europe. Face aux tracasseries administratives, aux concerts annulés, les acteurs du secteur réagissent. La culture française a beaucoup à y perdre, disent-ils..."
Lire l'article de Jacques Denis pour Le Monde 2



Zone France - Le réseau des musiques du monde
Refus d'octroi de visas: Zone Franche se prononce.

Retrouvez des interviews de Zone Franche et ses adhérents, des articles de presse, la proposition remise lors des entretiens de Valois...



(Re)-Découvrez le groupe Yeleen
Comme un volcan, Yeleen fait son éruption sur la scène musicale burkinabè à l’aube de l’an 2000, et se retrouve rapidement porte-parole d’une jeunesse en quête d’un mieux-être social.

Très vite, Yeleen va s’inviter dans la cour des grands avec deux nominations : meilleur groupe africain et meilleur espoir africain à l’édition 2002 du Kora All African Music Awards. Ils multiplient les concerts en Afrique de l’Ouest, en Europe et affolent les compteurs tant le public répond présent, à chacune de leur prestation. En 2007, ils reçoivent le « Kundé d’Or », l’équivalent des Victoires de la musique au Burkina Faso.

Yeleen, « lumière » en langue bambara (langue populaire d’Afrique de l’ouest), se révèle être une rencontre musicale et humaine judicieuse où se manifeste la fusion exaltante de deux styles, deux sensibilités : l’association de Mawndoé, griot-chanteur à la voix envoûtante, au parolier et poète, Smarty. Carrefour de rencontres, Yeleen a le mérite de concevoir une nouvelle approche du rap, une musique faite de textes profonds et de mélodies douces et rythmées. Lumière musicale ; lumière tout court…


Affaire Papa Wemba - Les réactions de Kinshasa
" La star n’était donc qu’un vulgaire passeur. 3 500 dollars par tête pour voir l’Europe. A Kinshasa, cela s’appelle " le phénomène Ngulu ". La désacralisation de Papa Wemba, à Paris, gêne ses fans mais révèle au grand jour un juteux trafic auquel se livrent les musiciens congolais. Matongé, le vibrant quartier qui a vu grandir la star, fait le deuil. Le paradis européen s’éloigne..."

Lire l'article d'Afrik.com (Février 2003)


Collectif Schengen Opéra
Pour lire et signer la pétition !