Retour à la liste des émissions
 
par Souleymane Coulibaly dit Solo Soro et Guillaume Thibault
Écouter l'émission du mercredi 9 juillet 2008






 
Enregistrer l'émission

(Faire un "clique-droit" puis "enregistrer sous")
 
 


Le Mali (1)

Embarquez dans notre taxi-pirogue, nous allons voyager sur le grand fleuve !

Au fil de l'eau, le djeli Tiken Jah Fakoly nous donne un cours d'Histoire, Fatouma (du groupe Tartit) nous présente son arrière-grand père, Mamadou Toure "ses" enfants et Rokia Traore ses doutes...

Bienvenue au pays des voyageurs !

 

 
L'Afrique enchantée, en partenariat avec Africultures
Le site et la revue de référence des cultures africaines
Retrouvez les chroniques musicales de Soro Solo sur le site d'Africultures
 
Programmation musicale

Issa Bagayogo : Koroto
album : Tassoumakan
(Wrasse Records . 2004)
En savoir plus

Ali Farka Toure : Ali Here’s
album : Le Mandingue Empire de la Musique
(Marabi . 2007)
En savoir plus

Tiken Jah Fakoly : Sundjata
album : Cours d’Histoire
(Barclay . 2006)
En tournée dans toute la France !
En savoir plus

Tartit : Abacabok
album : Abacabok
(Crammed Discs . 2006)
En savoir plus

Tom Diakité : Fala
album : Fala
(Iroko Sound . 2007)
En savoir plus

Djeneba Seck : Doti I Fasola
album : The truth
(Stern's Music . 2005)
En savoir plus
  Livres


A. Fofana
La Charte du Mandé, trésor caché

La très belle collection des Carnets du calligraphe (éditions Albin Michel) s’est enrichit en 2003 d’un ouvrage du Malien Aboubakar Fofana. La Charte du Mandé et autres traditions du Mali transporte le lecteur au siècle de Soundjata Keïta, fondeur de l’empire du Mali. Le document qui sert de base au livre a été traduit par l’ethnologue Youssouf Tata Cissé et part d’un récit transmis en 1965 par Fadjimba Kanté, le patriarche des forgerons de Téguè-Koro (120 km au sud de Bamako) et chef de la " confrérie des chasseurs " de cette localité.

éditeur : Albin Michel
parution : 2003



Frédérique Briard
Tiken Jah Fakoly, L'Afrique ne pleure plus, elle parle

"On pourrait oser parler ici d'une "écriture griotique". Le livre s'ouvre d'ailleurs par un hommage aux "Djelis" (les griots mandingues) et l'on sait que Tiken Jah a baptisé son groupe "Les Djelys".

Moussa Doumbia, alias Tiken Jah Fakoly, n'est pas peu fier d'appartenir à cette famille dont l'ancêtre le plus illustre fut le lieutenant de l'Empereur du Mali Sundjata Keita au XIII° siècle. Depuis "Cours d'histoire" (1999) Tiken a fait son cheval de bataille de l'étude de la tradition orale et de la réévaluation du passé prestigieux de l'Afrique, gommé par la censure coloniale jusque dans les livres d'école actuels, même ceux en usage sur le continent.

Se définissant comme "un griot du peuple", il possède le sens de la formule et l'art de remettre les pendules à l'heure, dans ses chansons comme dans ce livre qui en reprend les thèmes avec plus de détails.

Ainsi on y lira la "Charte de Kurukan Fuga", qui dès 1235 faisait de l'Empire du Mali une sorte de monarchie constitutionnelle, une proto-démocratie, plus de cinq cents ans avant la France. Elle avait bien sûr ses limites, instituant une société de castes, très inégalitaire, et proclamant dans son article 20 ce conseil sûrement peu suivi, qui rappelle un peu le fameux "Code Noir" de Colbert et Louis XIV : "ne maltraitez pas les esclaves, accordez-leur un jour de repos par semaine et faites en sorte qu'ils cessent le travail à des heures raisonnables. On est maître de l'esclave et non du sac qu'il porte."

Longtemps Tiken a porté en scène un boubou en bogolan orné d'un aigle (emblème des Fakoly) sur lequel était écrit : "depuis 1235 la lutte continue !"

Le vrai sujet de cet ouvrage, ce n'est pas Tiken Jah, mais l'Afrique tout entière. L'Afrique d'hier et d'aujourd'hui...

Lire la critique de Gérald Arnaud sur le site de notre partenaire d'Africultures.

éditeur : Éditions Les Arènes
parution : 2008

  Liens


Radio Issa Ber, la radio du grand fleuve.
La région de Niafunké, située à une centaine de kilomètres en dessous de Tombouctou, au nord du Mali, recèle de véritables trésors musicaux. La ville a été rendue célèbre par l’un des plus grands musiciens maliens du XXème siècle, Ali Farka Touré, ainsi que par son neveu, Afel Bocoum. Quelques mois après le décès de celui qui a réconcilié l’Afrique et les Etats Unis en ramenant le blues « à la maison », sur les bords du Niger, la radio Issa ber « le grand fleuve » en songhaï, fait résonner sur les ondes les rythmes du blues songhoye, peul ou tamasheq.

Lire l'interview d'E. Chabasseur avec Cheikh Maiga, le directeur passionné et passionnant de radio Issaber.


La charte de Kouroukan Fouga
Les représentants du mandé primitif et leurs alliés, réunis en 1236 à Kouroukan Fouga (actuel cercle de Kangaba en République du Mali) après l’historique bataille de Kirina, ont adopté la charte suivante pour régir la vie du grand ensemble mandingue....
Découvrez les 44 articles de la charge de Kouroukan Fouga ou charte du Mandé.



Les griots posent sur le web
" Je suis griot, maître dans l’art de parler. Depuis des temps immémoriaux, nous sommes au service des princes Kéita du Mandingue. Nous sommes les sacs à parole, nous sommes les sacs qui renferment des secrets plusieurs fois séculaires. L’Art de parler n’a pas de secret pour nous ; sans nous les noms des rois tomberaient dans l’oubli, nous sommes la mémoire des hommes ". Ainsi parlent les griots maliens, dépositaires de l’Histoire, photographiés par Olivier Gresset. Les photos, en noir et blanc, viennent appuyer, accompagner, les paroles des " bibliothèques vivantes ".

Apprendre la musique malienne en photos, c'est possible. Il suffit d’aller sur le site d’Olivier Gresset !!


En savoir plus sur Mamadou Toure
"Avec son association, Sinjya-ton, Mamadou a ouvert la maison de Dalibougou, qui accueille une trentaine d'enfants.

Avec éducateurs, instituteur, médecin, psychologue, il consacre sa vie à réinsérer ces gamins par la parole et l'attention..."

Lire l'article de F. Briard pour Marianne 2