Retour à la liste des émissions
 
par Souleymane Coulibaly dit Solo Soro et Guillaume Thibault
Écouter l'émission du mardi 15 juillet 2008






 
Enregistrer l'émission

(Faire un "clique-droit" puis "enregistrer sous")
 
 


Le Ghana (1)

FREEDOM AND JUSTICE !

Bienvenue au Ghana, le premier pays d’Afrique subsaharienne à s’être affranchit du joug colonial.

C'était il y a 50 ans, le 6 mars 1957...

De coup d'état, en coup d'état...retour en musique sur l'Histoire d'un pays qui apparaît comme un modèle de développement aux yeux de la communauté internationale.

Ananas, baleine, téléphone portable, bouteille de soda...au fait, vous le voyez comment votre voyage dans l'au-delà ??

 

 
L'Afrique enchantée, en partenariat avec Africultures
Le site et la revue de référence des cultures africaines
Retrouvez les chroniques musicales de Soro Solo sur le site d'Africultures
 
Programmation musicale

Matata : Good Samaritan
album : Booniay
(Afrodisiac . 2004)

African Show Boys : Sutani Panga
album : Spiritual song
(Buda Musique . 2002)

E.T. Mensah : Ghana Freedom
album : Day By Day
(1991 . RetroAfric)
En savoir plus

Chief Stephen Osita Osébé : Onsondu Owendi
album : The kings of Highlife
(Wrasse Records . 2003)

Christy azuma and uppers international : Naam
album : Ghana soundz
(Soundway . 2004)

St Augustine : Jolosho
album : Highlife time - Nigerian & Ghanaian sound
(Distrolux . 2008)
  Livre


Thierry Secretan
Il fait sombre va-t-en - Cercueils au Ghana
Le second samedi d'août 1987, au Ghana, les pêcheurs de Bortianor enterraient Tse Obaneh, le doyen du village, dans un gigantesque oignon vert en bois. Ni les tiges ni les radicelles ne manquaient. L'ensemble, mesurant trois mètres, était peint aux couleurs de la réalité. Dessus, une figurine humaine plantait sa bêche dans un carré de six petits oignons. Le défunt était l'homme le plus riche de Bortianor et le propriétaire des champs d'oignons qui entourent le village face à l'océan. Ces cercueils, l'église les refuse. Mais à Los Angeles, New York, Paris et Zurich, les galeries d'art contemporain et les musées les exposent. Au Ghana, six ateliers produisent des œuvres d'art éphémères.

Il faut cinq jours pour fabriquer un cercueil et vingt-quatre heures pour l'enterrer.

éditeur : Hazan
parution : 1994

  Liens


Nkrumah, père du panafricanisme
Au cœur de la pensée panafricaine se trouve Kwame Nkrumah. Il est celui qui a porté la Côte d’Or a son indépendance pour en faire le Ghana, premier pays africain à être libéré de l’emprise coloniale. Sa vision dépassait les intérêts de son seul pays et il aura œuvré toute sa vie pour l’Unité africaine. Mort dans la déchéance, longtemps resté impopulaire, sa pensée panafricaine lui a survécu.

Lire le portrait de Kwame Nkrumah par Isabelle Sciamma pour Afrik.com (juillet 2003)


Un cinquantenaire pour l’Afrique
« Le Ghana, votre pays adoré, est libre à jamais. Il faut prendre conscience que nous ne sommes dorénavant plus un peuple colonisé. » À minuit pile, dans la nuit du 6 au 7 mars 1957, Kwame Nkrumah, devenu Premier ministre de ce qui était encore, quelques minutes auparavant, la colonie britannique de la Côte de l’Or, prononce ces mots devant une foule en liesse. Son pays est le premier d’Afrique subsaharienne à s’affranchir du joug colonial. Habib Bourguiba était présent à la cérémonie. Martin Luther King aussi, qui avouera plus tard avoir pleuré de joie aux paroles de Nkrumah ; Harold Macmillan, le Premier ministre britannique, évidemment. Mais aussi le vice-président américain, Richard Nixon.

Cinquante ans plus tard, jour pour jour, le Ghana dirigé par John Agyekum Kufuor (photo de droite) a célébré avec faste ce jour de gloire...

Lire l'article de Élise Colette pour JeuneAfrique.com (mars 2007)


Ghana, le modèle contesté
« Etre à la hauteur de l’excellence africaine ». Destiné à faire consensus, ce slogan a été choisi pour accompagner les célébrations officielles du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Ghana, le 6 mars dernier. Il a, au contraire, provoqué une controverse : qui et quoi, dans l’histoire de l’ancienne Côte-de-l’Or, peut symboliser l’excellence africaine ? Un grand débat traverse la presse. Tout y passe, depuis l’héritage de Kwame Nkrumah, premier président de ce petit Etat d’Afrique de l’Ouest et figure du panafricanisme, jusqu’à la politique de l’actuel chef de l’Etat John Kufuor.

Lire l'article de Yao Graham pour Le Monde Diplomatique (avril 2007)



Les cercueils ghanéens se taillent sur mesure
Les Ga du Ghana construisent, depuis près d’un demi-siècle, des cercueils en forme de poisson, bateau, chaussure, fruit ou encore voiture. Des choix, faits par la famille du défunt, qui symbolisent généralement ce qui a marqué sa vie. De nombreux artisans travaillent dans cette industrie traditionnelle dont les œuvres ont trouvé leur place dans des musées hors du continent.

Lire l'article de Habibou Bangré pour Afrik.com (mars 2004)



Les ga du Ghana par Sarah Preston
Sarah Preston, fidèle auditrice de L'Afrique enchantée, est photographe.

En 2006 elle s'est rendue dans le quartier de Korle-Gono à Accra.

"Les Ga sont une des multiples tribus qui constituent le Ghana, la principale étant celle des Ashantis. La plupart des Gas vivent à Accra ou dans ses environs.

Un peu les Parisiens du Ghana, ils se disent les fondateurs du pays et sont de redoutables moqueurs. Leur langue n'étant parlée que par quelques-uns, ils se délectent de faire des commentaires, sachant très bien qu'ils ne seront pas compris.

Vie quotidienne, rites, préparations des mets, tout a été partagé, jusqu'à leur sens de l'humour. Dur d'échapper à une taquinerie, et trouver la répartie est question de survie et de respect."