Retour à la liste des émissions
 
par Souleymane Coulibaly dit Solo Soro et Guillaume Thibault
Écouter l'émission du mardi 22 juillet 2008






 
Enregistrer l'émission

(Faire un "clique-droit" puis "enregistrer sous")
 
 


Les Comores

Aujourd'hui, nous vous invitons à un voyage entre l’Afrique, le Moyen-orient et l’Asie...

Nous débarquons pour la première fois dans un archipel, celui des "Iles de la Lune"...

L'artiste Maalesh nous raconte les origines de l'île, encore pleine de mystères.

La chanteuse Nawal nous confie les secrets de sa famille, "Les Comores", et de son pays "la terre".

Une chose est sûre, sur les terres des "sultans batailleurs", l'hospitalité a traversé le temps !

 

 
L'Afrique enchantée, en partenariat avec Africultures
Le site et la revue de référence des cultures africaines
Retrouvez les chroniques musicales de Soro Solo sur le site d'Africultures
 
Programmation musicale

Baco : M'Dru Wa Ngomma
album : Questions
(Cobalt . 2000)
En savoir plus

Malesh : Wassi Wassi
album : Wassi Wassi
(AFC/CCFAC . 1998)
En savoir plus

Nawal : Salama
album : Aman
(Nawali . 2007)
En savoir plus

Chébli et M’Passi : Uhuru
album : Jua
(Wedoo Music . 2007)
En savoir plus

Maalesh : Uzadé
album : Wassi Wassi
(AFC/CCFAC . 1998)
En savoir plus

Culture Musical Club : Njoo Mpenzi NjooYeye
album : Waridi
(Jahazi Media . 2003)
En savoir plus
  Livre


Abdallah Chanfi Ahmed
Islam et Politique aux Comores

L'Islam aux Comores est non seulement un fait social majeur, il est aussi un enjeu politique dont tous les politiciens, depuis la période coloniale, s'étaient emparé pour en faire un moyen de légitimation politique. Ce livre se propose de démêler ce processus dans son double aspect social et politique. C'est ainsi qu'on apprend comment, dans ce pays, se transmet le savoir islamique, du foyer familial à l'école coranique et comment l'islam est vécu dans le quotidien. L'influence qu'a une telle éducation sur les individus et le groupe est ici aussi mise en exergue. Au fil des pages l'analyse nous amène à saisir l'implication de la religion dans la vie politique et les conséquences qui s'ensuivent, notamment l'apparition d'un mouvement politique islamiste. Au-delà du cas des Comores, ce livre traite d'une manière intelligente et originale d'un phénomène commun à beaucoup de sociétés islamiques d'aujourd'hui.

éditeur : L'Harmattan
parution : 2000

  Disque


Nawal
Aman

Descendante de marabout soufi El Maarouf (1852-1904), lancée corps et âme dans la musique dès l’enfance, Nawal est arrivée en France à l’âge de 11 ans. Ayant su retrouver ses racines, elle puise dans le patrimoine métissé de l’archipel. Son univers musical intègre des rythmes et sons d’instruments divers, la tradition poético-musicale comorienne et un impressionnant travail du souffle - basé sur les dhikr, respirations rythmiques des Derviches comoriens.

Sa voix puissante et charismatique lui a valu d’être surnommée, dès 1985, « la voix des Comores ».

Nawal transcende les frontières géographiques ou culturelles, établit un merveilleux pont entre Inde, Afrique et Occident, et tisse un style bien personnel, hors du commun. Elle transcende aussi les dualités ombre/lumière, féminin/masculin, traditionnel/contemporain, religieux/profane. Ses textes, écrits en comorien, parfois en arabe, en anglais ou en français, sont précis et forts. Ils parlent d'amour, d’estime de soi, d'enfance, d’existence, d’émancipation des femmes, d'harmonie, … Ils délivrent un message de résistance contre les diverses formes d’obscurantisme. Ils en appellent à la responsabilité de tous face au défi écologique. Nawal, personnalité attachante, est de ces artistes qui brisent les tabous et oeuvrent pour faire avancer les mentalités.

Aman (« paix intérieure »), album épicé, plein de couleurs et d’émotions, résolument rebelle et engagé, se décline comme un manifeste humaniste et une méditation sur l’état du monde. Nawal nous invite à sonder le mystère qui entoure nos destinées et à prendre notre envol, pour trouver notre juste place. Il se dégage du CD une atmosphère profonde et mystérieuse, où l’on capte en alternance les reflets des divers visages de Nawal, où l’on goûte la grâce des instants où la « fille des îles de la lune » se métamorphose en « femme de lumière ».

label : Nawali
parution : 2007

  Liens


Sœur Colette, l’infatigable
Souer Colette, dont nous parlait à l'instant la chanteuse Nawal, a débarqué aux Comores après un long voyage en mer. Quatre semaines. Ou peut-être plus, elle ne se souvient pas bien : c'était il y a 40 ans au moins. "On était trois sœurs, toutes jeunettes, 20 ou 25 ans", se souvient-elle. "On était venues avec beaucoup de malles, pleines de choses pour enseigner." Colette, la nîmoise, et ses deux congénères étaient les premières missionnaires de l'ordre catholique français de Saint Thomas de Villeneuve, qui a pour vocation l'enseignement et le soin aux malades. "Il n'y avait jamais eu de mission à Saint Thomas. Mais moi, c'était ce que je voulais faire. J'ai beaucoup insisté", raconte la sœur...



Stop Kwassa - Stop à la traversée de la mort !
La France et le reste du monde sont indifférents aux conséquences de "l’immigration clandestine" entre les îles de Mayotte et d’Anjouan. Un drame humain sans précédent, accentué par la traversée clandestine de 70km de côtes séparant l’ile de Mayotte, collectivité départementale française et l’Union des Comores. Plus de 4500 morts !

Signez la pétition mise en place par STOP KWASSA ! - Collectif des jeunes franco-comoriens contre la traversée de la mort.


Comores : le choléra, un invité suprise aux « grands-mariages »
L’épidémie de choléra s’intensifie dans la Grande Comore en raison de la promiscuité et des conditions d’hygiène peu respectées lors des « grands-mariages » de juillet et août. Peu à peu, la sensibilisation que mènent les autorités et diverses ONG semble porter ses fruits.

Lire l'article d'Afrik.com (2007)



Moroni déçu par l’offre d’asile de Cotonou au colonel Bacar
Le porte-parole du gouvernement comorien, Abdourahim Said Bacar, a déclaré, samedi, que Moroni pourrait saisir Cotonou pour demander l’extradition de l’ancien président déchu de l’île comorienne d’Anjouan, le colonel Mohamed Bacar, arrivé samedi dans la métropole béninoise où il a obtenu l’asile politique.

Lire l'article d'Afrik.com (19 juillet 2008)