Retour à la liste des émissions
 
par Souleymane Coulibaly dit Solo Soro et Guillaume Thibault
Écouter l'émission du mardi 12 août 2008






 
Enregistrer l'émission

(Faire un "clique-droit" puis "enregistrer sous")
 
 


La Guinée-Conakry (2)
Bonjour à tous et bienvenue dans votre Afrique Enchantée !

La famille est toujours en République de Guinée et aujourd'hui se sont sur les sentiers d'un véritable « scandale musical » que nous allons nous ballader !
Des grands orchestres à Myriam Makéba !
De l’empire du Mandingue à la Guinée Contemporaine.
De Soundjiata au PDG, Président Dictateur Général, Sékou Touré...
Pour cette escapade radiophonique, un invité de marque, fin connaiseur des musiques du continent : Florent Mazzoleni, auteur de L'épopée de la Musique africaine (Hors-Collection-2008).

 

 
L'Afrique enchantée, en partenariat avec Africultures
Le site et la revue de référence des cultures africaines
Retrouvez les chroniques musicales de Soro Solo sur le site d'Africultures
 
Programmation musicale

Super Boiro Band : So i si sa
album : African Pearls Guinée - Cultural Revolution
(Syllart . 2006)
En savoirplus

Kouyaté Sory Kandia : Souaresse
album : African Pearls - Guinée - Cultural Revolution
(Syllart . 2006)

Bembeya Jazz : Armée Guinéenne
album : Bembeya Jazz National - The Syliphone Years
(Stern's Africa . 2004)
En savoir plus

Keteligui et ses Tambourins : JRDA
album : Syliphone Discothèque 71 - Guinée
(Syllart)


Horoya Band : Zoumana
album : Paya-Paya
(Dakar Sound . 1997)

Kebendo Jazz : Soumba
album : Authenticité - The Syliphone years
(Stern's Music . 2007)

Miriam Makeba : Sékou Famaké
album : The Guinea Years
(Syllart)
En savoir plus

Sekouba Bambino : Banko Ba
album : Le Destin
(Nigh and Day . 1996)
En savoir plus
  Livre


Florent Mazzoleni
L'épopée de la musique africaine : Rythmes d'Afrique atlantique

Fela, Cesaria Evora, Salif Keita, Youssou N'dour, Franco, Orchestra Baoba, Oumou Sangaré ou Bembeya jazz, autant de noms qui illustrent la richesse et la diversité musicale de pays longtemps tenus à l'écart des grands courants culturels, mais qui sont aujourd'hui en pleine explosion.

Il est difficile de parler d'une musique africaine au sens large. En effet, jusqu'au milieu du XXè siècle, la musique a toujours été le reflet de la diversité des ethnies de ce continent immense.

Au début des années 1960, la proclamation des indépendances et l'urbanisation annoncent une ère nouvelle, celles de sociétés en pleine mutation qui veulent rompre définitivement avec le colonialisme en adoptant des modes de vie modernes. La généralisation d'instruments amplifiés et des cuivres, tout comme la naissance de maisons de disques et de producteurs locaux sont les premiers grands signes de cette évolution, tant sur la forme que sur le fond.
Des rythmes nouveaux voient le jour, influencés par la musique cubaine, le folklore, la pop, la soul, le rock ou le funk.
éditeur : Hors Collection
parution : 2008

  Disques


Compilation
African pearls 70

Dans la lignée de Congo rock, la collection African Pearls 70 s'attaque aux trésors de la Guinée, ceux des années électriques et funky de l'Afrique de l'Ouest...
De 1970 à 1976, la régie de disque étatique Syliphone publie chaque année une compilation intitulée Discothèque, rendant compte de la modernité des orchestres fédéraux et nationaux guinéens.
Guitares pyrotechniques, cuivres effervescents et chant incantatoire affirment une vigueur inédite alors que le régime de Sékou Touré se délite.
Ces "années discothèques" illustrent l'âge d'or de la grande musique guinéenne, avec des formations phares comme le Bembeya Jazz, l'Horoya Band, Camayenne Sofa ou le Super Boiro Band.

label : Discograph
parution : Octobre 2008



Compilation
Authenticité - The Syliphone Years

Consacré aux orchestres nationaux et fédéraux de Guinée, le coffret Authenticité, The Syliphone Years retrace en deux CDs l’histoire du label d’Etat Syliphone, instrument d’une politique culturelle destinée à promouvoir une nouvelle forme de musique populaire dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Au lendemain de l’indépendance acquise en 1958, le président guinéen Sékou Touré mesure tout à coup les dégâts causés par l’influence culturelle française dans cette ancienne colonie d’Afrique : pour animer un grand gala, il est obligé de faire appel au Ghanéen ET Mensah, roi du high-life, car aucune formation de son propre pays n’a développé un répertoire basé sur les chants ou rythmes locaux.

Pour remédier à cette situation, il met en place une politique culturelle inédite sur le thème de l’authenticité. L’objectif est de faire naître une musique populaire guinéenne en modernisant les traditions. Sékou Touré y voit le moyen de contribuer à forger chez ses compatriotes ce sentiment national auquel il attache une réelle importance.

Des orchestres nationaux sont créés, et leurs membres ont le statut de fonctionnaires. Chaque région se dote également d’un orchestre fédéral. L'ensemble des formations participent à une compétition organisée sur tout le territoire, avec ses phases de présélection et sa finale à Conakry.

Dans ce dispositif élaboré, le label Syliphone fait figure d’instrument complémentaire. Cette structure d’Etat publie sur des 33 tours et des 45 tours les enregistrements effectués par les meilleurs groupes dans le studio de la radio nationale, laquelle peut ainsi alimenter ses émissions puisque la musique occidentale est interdite d’antenne.

En deux CDs durant plus d’une heure chacun, l’un couvrant la période 1965-1972 et l’autre les années 1972-1980, le coffret Authenticité fait remonter du passé l’incroyable effervescence artistique générée par cette ambiance de compétition qui régnait sur cette terre d’Afrique.

L’enchaînement des solos sur Kouma joué par le 22 Novembre Band (né de la scission du Horoya Band) en dit long sur l’envie de briller de chaque musicien. Ailleurs, le guitariste Sékou Diabaté et le saxophoniste Momo Wandel rappellent à leur tour qu’ils sont de redoutables instrumentistes.

Tirés du vaste catalogue de Syliphone et enfin disponibles en CD pour une grande partie d’entre eux, les 28 morceaux de cette compilation dressent un panorama presque exhaustif de la scène guinéenne de cette époque : Kélétigui et ses Tambourinis, l’Orchestre de la Paillote, le Super Boiro Band, et bien sûr l’Orchestre de Beyla, devenu le Bembeya Jazz National lors de sa “nationalisation” en 1966. Accompagné par un beau livret aussi riche en illustrations qu’en informations, Authenticité est un de ces objets musicaux que l’on prend autant plaisir à regarder qu’à écouter.

Bertrand Lavaine (RFI)

label : Stern/Discograph
parution : 2007



Bembeya Jazz
Bembeya

Le premier enregistrement depuis 14 ans du Bembeya Jazz de Guinée est un événement dans l'histoire de la musique africaine. C'est aussi le début d'un nouveau chapitre excitant dans la vie de l'un des meilleurs orchestre de danse d'Afrique.Ses quatre guitares, une des signatures originale du Bembeya Jazz, emmenées par le soliste virtuose Sekou Bembeya Diabaté, le bien nommé Diamond Fingers, sont toujours aussi éblouissantes. Les harmonies vocales intemporelles des trois chanteurs, l'énergique section de cuivres (qui comprend Dory Clement au saxophone ténor et le chef d'orchestre Mohamed Kaba à la trompette, membres du Bembeya dès les années 60) donnent cette couleur unique au groupe avec la même fierté et le même enthousiasme depuis sa création . Pierre angulaire d'une section rythmique au swing féroce, le batteur Conde Mory Mangala est le poumon du Bembeya Jazz depuis ses débuts. Il a été rejoint récemment aux percussions par Papa Kouyaté, autrefois percussionniste et chef d'orchestre de Miriam Makeba.

L'authenticité, l'esprit, le groove et la créativité singulière de cette entité puissante demeurent totalement intacts.

Ces nouveaux enregistrements tirés du vaste répertoire du Bembeya sont à la fois un rappel de leur glorieux passé et un avant-goût des travaux à venir. Un Bembeya revitalisé s'adresse au monde: la période dorée des orchestres de danse d'Afrique de l'Ouest est de retour!

label : Marabi
parution : 2002



Mandelakou
The Art And Soul Of The Mande Griots

La formation Mandekalou – le peuple du Mandé- regroupe cinq griots et revisite la légende de Soundiata Keïta, fondateur de l’empire mandingue. Kassé Mady Diabaté, Sekouba Bambino Diabaté, Kandia Kouyaté, Kerfala Kanté et Fodé Baro réunis par le producteur Ibrahima Sylla racontent l’histoire ouest africaine. Souvent sur scène en solo, les chanteurs de louanges se retrouvent à l’occasion de ce collectif, pour transmettre la tradition aux jeunes générations.

Ce disque est le summum de l’art vocal et musical des griots du Mandé. La musique s’écoule, majestueuse, comme le fleuve Niger. Elle s’étend à perte de vue dans la mémoire d’un monde riche d’une culture qui jamais ne laissa l’oppression la détruire. Parée des noms des griots d’aujourd’hui parmi les plus prestigieux, sa splendeur rayonne au soleil de midi. L’oeuvre est là, offerte à toutes et à tous, dans la magnificence de son lieu naturel. Plus rien ne saurait ternir la vision qu’elle offre de la terre. Si toutes les galettes gravées de signaux numériques pouvaient transporter tant de force, le monde de la musique en serait à jamais transformé.

François Bensignor

label : Syllart/Mélodie
parution : 2004



Mandelakou
Mandekalou 2

Voici le second volet de l'épopée de Mandekalou. On retrouve les voix des Kassemadi Diabaté et de Sekouba Bambino, accompagnés de Kandia Kouyaté et Bako Dagnon. Mandekalou poursuit son ode à l'empire Mandingue et à son légendaire empereur Soundiata Keita, l'occasion de retrouver les chants des griots, conteurs de cette épopée. L'orchestre est dirigé par l'extraordinaire guitariste et chef d'orchestre du Rail Band de Bamako Djelimady Tounkara...

label : Syllart/Discograph
parution : 2006

  Liens

Florent Mazzoleni vous recommande Radio Africa
Tout savoir sur le perles de la musique d'Afrique de l'Ouest : discographie, liens, bibliographie, etc...


Musiques mandingues l'intarissable source d'un art bien vivant
L'aire d'influence mandingue, qui englobe le Sud de la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée, le Mali, le Nord de la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso, est un fabuleux creuset de musiques. Ce sont incontestablement les plus répandues et les mieux connues des musiques africaines en France. Les peuples de ces régions -- Malinké, Bambara, Soninké, Peuls, Dioulas, etc. -- ont su enrichir, chacun à leur manière, un fond traditionnel musical raffiné, aussi puissamment ancré dans une même culture ancestrale qu'un tronc de baobab dans la terre de la savane.
Lire l'article de François Bensignor, in revue Hommes & Migrations (1994)

  Agenda


Sekouba bambino en concert en France - 20ème Festival AFRICOLOR
le 06 décembre
Le petit prodige, Sekouba Diabaté, fils et petit-fils de griot gardera de son enfance un surnom, « Bambino ». Le gamin est élu à l’âge de 12 ans meilleur chanteur de Guinée au Festival des Arts de Conakry en 1979. A la suite de la mort du principal chanteur du Bembeya Jazz, Sekouba Bambino rentre dans le groupe alors qu’il n’a que 16 ans, sous la pression des ministres de Sekou Touré, alors que sa famille le prédestinait à prendre la tête d’une compagnie de transport. La suite est un enchaînement de succès qui mène Sekouba à intégrer Africando, un orchestre aux sonorités salsa et mandingue, au sein duquel il est aujourd’hui l’un des chanteurs le plus prisé. En 1990, Sekouba prend le nom de Bambino et entame une carrière solo en parallèle à ses prestations au sein d’Africando. C’est avec l’album « Sinikan » qu’il est véritablement reconnu en Europe pour son chant passionné. Pour africolor, il se produit dans une formation traditionnelle acoustique.

En concert le samedi 6 décembre, dans le cadre du festival AFRICOLOR, à 20h30 à l'Espace 93 (Clichy sous Bois)

En savoir plus