Retour à la liste des émissions
 
par Souleymane Coulibaly dit Solo Soro et Vladimir Cagnolari
Écouter l'émission du dimanche 5 octobre 2008






 
Enregistrer l'émission

(Faire un "clique-droit" puis "enregistrer sous")
 
 

Les mystères de la forêt
Bonjour à tous et bienvenue dans votre Afrique enchantée !

Aujourd’hui, la famille quitte la ville pour se réfugier en brousse...histoire de vous raconter, en musique, les mystères de la forêt d’Afrique !

Au son du bikutsi, des tambours d'eau ou de l'aleké, découvrez le "village des esprits" et laissez-vous initier...

Avec : Sally Nyolo (chanteuse camerounaise), le conte de Binda N'Gazolo et la chronique de la nièce, Hortense Volle.


L'Afrique enchantée, en partenariat avec Africultures
Le site et la revue de référence des cultures africaines
Retrouvez les chroniques musicales de Soro Solo sur le site d'Africultures
 
Programmation musicale

Les têtes brûlées : Miyonne
album : Bikutsi for ever - Best of
(Night & Day . 2000)

Donny Elwood : Pygmées
album : Negro & Beau
(MGI International . 1997)
En savoir plus


Pierre Akendengue : De la forêt
album : Gorée
(Lusafrica . 2006)
En savoir plus


Hazolahy : Ka Mipoerapoera
album : Music Rough Guide - Madagascar
(World Music Network . 2005)

Prince Koloni : No Bruya
album : Introducing Koloni
(Night & Day / Transportation . 2005)
En savoir plus
  Livres


Beti Mongo
Le Pauvre Christ De Bomba

La présence du Christ en Afrique Noire, l'ambiguïté de l'action missionnaire, le problème de l'université du message chrétien, ce sont là des questions graves auxquelles Mongo Béti s'affronte dans ce roman où la puissance de la vision et la création de figures romanesques inoubliables sont à la mesure de l'exigence réaliste et de la verve critique. Le pauvre Christ de Bomba, ou la passion sans rédemption d'un témoin d'un Dieu qui n'était pas noir.

Mongo Béti est né le 30 juin 1932 au Cameroun. En 1950-1951 il achève ses études secondaires, tandis que ses aspirations nouvelles, assez souvent indécises d'ailleurs, font souffler un vent de révolte sur l'Afrique.

En 1951, il arrive en France pour des études supérieures ; mais va surtout s'essayer à écrire, soucieux de formuler clairement les motifs de révolte, l'espérance de liberté et de dignité de ses frères qu'il a laissés dans un désarroi effervescent. Cependant il va tenter de mener les deux activités de pair.

Mongo Béti est décédé en octobre 2001.

éditeur : Editions Présence Africaine
parution : 2003



Vincent Ravalec, Agnès Paicheler, Mallendi Ravalec
Bois sacré - initiation à l'iboga

Composé d'une introduction générale de Vincent Ravalec, d'une interview de Mapendi, le chaman qui l'a initié au bwiti, d'une présentation scientifique et technique réalisée par Agnès Paicheler, ce premier guide d'initiation au chamanisme africain, à travers les rites secrets dévoilés de l'iboga et du bwiti, plaide pour l'ouverture à un mode de connaissance global du monde et de soi-même fondé sur des pratiques et une sagesse ancestrales.

éditeur : Au Diable Vauvert
parution : 2004

  Liens


Les pygmées, petit peuple des forêts
En Centrafrique, les Pygmées n'ont toujours pas bonne presse auprès des "grands Noirs". "Ils sont victimes d'un racisme profond", assure le docteur Daniel Epelboin, médecin et anthropologue, qui étudie des familles pygmées depuis des années. "A cause de leur petite taille, ils sont toujours considérés comme des sous-hommes, même s'ils ont voté lors de l'élection présidentielle de 2003", confirme le représentant de l'Unesco en Centrafrique, Abel Koulaninga, qui leur a consacré une thèse...

Lire l'article de Jean-Pierre Tuquoi pour le Monde (mars 2006)



Des Pygmées logés au zoo de Brazza
Vingt Pygmées, invités au Festival panafricain de musique, le FESPAM, ont vécu pendant une semaine à l’intérieur du parc zoologique de Brazzaville, alors que les autres musiciens étaient installés dans des hôtels. Un bébé de trois mois est dans ce groupe de Pygmées de l’ethnie Baka, originaires du département de la Likouala. Ils ont vécu dans des tentes et sous les regards des curieux venant les scruter et les filmer : des images d’un autre temps.

Lire l'article de RFI.



L’iboga, hallucinogène et toxique
L’iboga et un de ses composants, l’ibogaïne, sont inscrits depuis cette année dans la classe des stupéfiants. Cette plante hallucinogène, utilisée au cours des rites initiatiques et religieux en Afrique centrale, est utilisée, en France, «dans le cadre d’activités sectaires, au travers de séminaires de ‘revalorisation de soi’ et de ‘voyage intérieur’», a signalé l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (l’Afssaps), à la suite d’une enquête concernant le décès d’un jeune homme ayant consommé une infusion de cette plante, en 2005.

Lire l'article de Dominique Raizon pour RFI (mars 2007).


Les dozos, guérisseurs et chasseurs
Il est là, assis sur une solide chaise à une extrémité de sa concession, ensemble de petites maisons qui abritent les membres de sa famille élargie. Le regard semble absent, la bouche murmure de mystérieuses incantations dans une langue insaisissable. En cet après-midi d’hivernage à Ahoussabougou, quartier populaire de Korhogo, principale ville du nord de la Côte d’Ivoire, Sériba Coulibaly prépare une décoction à usage thérapeutique...

Lire l'article de François Wandji pour L'Humanité (juillet 2001).


Enjeux méconnus de l’économie du bois
L’Afrique occupe une part modeste dans le commerce international du bois d’œuvre. Ses exportations ne représentent que 1 % (panneaux, sciages) à 5 % (grumes) des volumes mondiaux. La valeur des exportations africaines ne représente que 30 % de celle de la région Asie-Pacifique. Quant au bois à usage industriel, récolté (forêts naturelles) ou produit (plantations), il ne représente que 11 % de la production du continent, le reste étant constitué de bois de chauffage. En outre, alors que les produits miniers, le pétrole ou le gaz voient leur prix s’accroître avec leur raréfaction progressive, celui du bois africain n’a pas évolué sensiblement depuis vingt ans, en raison de la concurrence du bois des zones tempérées (Europe de l’Est) et des matériaux de substitution...

Lire l'article d'Alain Karsenty pour Le Monde Diplomatique (juillet 2006)



Arnaques au Congo : Greenpeace dénonce l'évasion fiscale orchestrée par les compagnies forestières
Alors que la communauté internationale prend conscience de l'importance de la préservation des forêts pour lutter contre le réchauffement climatique et préserver la diversité biologique, Greenpeace International publie aujourd'hui un nouveau rapport d'investigation : « Arnaques au Congo ». Ce document montre comment le groupe Danzer, une des plus grandes entreprises forestières de la région, blanchit ses profits à l'étranger pour échapper à la fiscalité locale.

Lire l'article et télécharger le rapport de Greenpeace



Kolony & Fondering en images !
Visionnez le documentaire produit par Hèléne Lee sur le groupe Fondering et la culture ALEKE des Bushinengues sur le fleuve Maroni, frontière naturelle entre Guyane Française et Suriname.



Chez les gardiennes diolas du bois sacré
Habitant la seule région du Sénégal où le christianisme est largement majoritaire, les Diolas ont conservé leurs traditions animistes, qui reposent essentiellement sur un esprit communautaire. La société diola est régie par la filiation et les classes d’âge. Elle a toujours résisté à l’autorité extérieure, qu’elle fusse coloniale ou aujourd’hui sénégalaise. L’un des rites les plus importants est celui de l’initiation, qui se pratique dans un bois sacré, lieu qui abrite les fétiches, objets aux vertus positives possédant une force vitale ou incarnant un esprit....

Lire l'aricle d'Olivier Herviaux sur son blog Africamix.